The Kinks The Anthology 1964-1971

J’ai délaissé ce blog, mais il convient de le réactiver, et de tenter une nouvelle aventure, je pourrais ouvrir un autre wordpress, installer de nouveaux plug-ins, etc. Mais je me dis que cet espace est la et peut accepter ce que j’ai à lui donner. Et c’est de musique dont nous allons parler, sérieusement, sans compromis et parmi ce parfum ambiant de fin des temps pour les rockstars il est l’heure d’ouvrir la page de la rubrique « Torrent de Flac ». Un torrent de de flac, comme son nom l’indique ou les flacs seront disséqués, analysés, verbalisés, actualisés, ravivés, encensées parfois, et qui vivra verra.

Et il est ici question de The Anthology 1964-1971 des Kinks et ses 5 disques, presque autant que l’excellente intégrale mono sortie en 2011. Pendant longtemps trouver des disques du groupe était une gageur, les Kinks n’étant pas les Beatles, ils n’avaient le plus souvent droit qu’a quelques obscures compilations. Peu importe, le groupe était tellement bon et brillant que meme sur des compilations pourries, ils étaient capables de prouver leur intemporalité. Cette Anthologie ne déroge pas à la règle, et si il est dommage que l’unité des albums ne soit pas préservée, cette unité si difficile à imaginer donc pour ceux qui n’ont découvert le groupe qu’à travers d’obscures compilations. En revanche cette maxi compilation a pour elles deux avantages, un traitement des titres chronologiques, qui rétablis par période de création, ce que l’on est en droit de chercher chez les Kinks. Et surtout la présence de titres plus que solides inédits ou difficiles a trouver, et non présents sur les albums. Voilà le principal intérêt, j’en veux pour preuve les passages radio, le titre I’m Not Like Everybody Else, ou encore le superbe I Go To Sleep [démo].

The Kinks
The Kinks

Voilà pour la théorie, en pratique, cette gigantesque compilation « The Kinks Anthology 1964-1971 » est agréable à écouter, il ne s’agit pas d’un bootleg aride et froid pour collectionneur aguerri, il coule comme l’eau dans les enceintes du « listener ». Et puisqu’il est connu que la vie serait moins riche sans l’écoute assidue des Kinks, c’est presque d’un médicament, d’une bonne drogue dont il s’agit de faire usage ici. Alors cet album vous pouvez l’acheter, le télécharger en flac et en torrent, vous pouvez vous en gaver jusqu’à la lie, il ne vous quittera plus, car il est la partie de leur oeuvre qu’il manquait pour comprendre et apprécier ce groupe unique et flamboyant.

Le Velvet Underground filmé par Andy Warhol

Peut être un des bootleg les plus pourris de l’histoire du rock, mais cependant historique, puisqu’il s’agit d’un concert du Velvet Underground de 1967 filmé à Boston, en couleur, qui dure 33 minutes. Un joyeux bordel rock n roll et psychédélique! Cependant le film reste très intéressant, sinon pour le rock, pour son approche anthropologique. Le public, de Warhol est mis en avant par l’artiste, il danse, fume et parfois écoute la musique. Un fantasme réalisé en quelque sorte.

Montage et Image Andy Warhol
Musique Velvet Underground
Les titres : Guess I’m Falling In Love(0’57’’), Run Run Run (2’55’’), Heroin (5’45’’), Venus In Furs (15’00’’), Sister Ray (16’48’’) et I Heard Her Call My Name (24’40’’).

Sur les contrées escarpées du film documentaire…